Jouets pour s'initier au BDSM

Ici j'aborderai la thématique des accessoires que l'on peut utiliser si on veut se lancer dans la pratique du BDSM. Il ne s'agit que d'initiation, aller plus loin fera l'objet d'un prochain article.

Quelques explications

Tout d'abord quelques explications pour ceux qui seraient tombés par hasard sur cet article: BDSM est l'acronyme de Bondage Discipline (ou Domination) Sado Masochisme. 
Le bondage est une pratique sexuelle consistant à attacher, immobiliser le corps de son partenaire.
La discipline / domination signifie le fait de prendre l'ascendant sur l'autre, le contrôler à des fins érotiques.
Sado (sadisme) c'est prendre du plaisir à punir l'autre, à lui faire mal (mais ici c'est une douleur consentie!)
Masochisme: prendre du plaisir dans la douleur.

Il me paraît important de préciser quelques points avant d'aller plus loin: 

Pour commencer, le BDSM est une pratique dont les partenaires doivent parler avant de se lancer, au risque de se méprendre sur les envies de l'autre et de lui faire vraiment mal. La communication est la clé d'une séance réussie. Les limites doivent être posées, notamment sur le degré de douleur accepté. Discutez de ce que vous attendez d'une séance. L'écoute, le non-jugement et la bienveillance sont nécessaires lorsque l'on aborde ce sujet. Vous êtes loin d'être obligé de tout accepter, mais restez ouvert. N'hésitez pas à parler de ce qui vous attire, mais aussi et surtout de ce qui vous repousse. Vous ne devez jamais briser les règles fixées par votre partenaire.

Je recommande également l'usage d'un mot de sécurité, c'est à dire un mot d'urgence prononcé uniquement si l'un des partenaire souhaite interrompre le jeu. Pourquoi? Pendant le jeu, certain(e)s soumis(e)s simulent le non consentement, et pour les dominant(e)s il est parfois difficile de distinguer jeu et réalité. L'usage de ce mot va les y aider. Il peut s'agir du prénom de l'autre, d'un nom de ville, ...

Pour des raisons de sécurité, ne serrez pas le cou de votre partenaire, assurez-vous de lui laisser de la marge pour qu'il/elle puisse respirer. Demême, ne le/la laissez pas attaché(e) seul(e). 

Pour attacher

Le masque: pour commencer tout en douceur, le masque qui recouvre les yeux est l'instrument idéal. Le fait de se priver d'un sens exacerbe les autres. Commencez par un massage sur le partenaire qui le porte pour vous familiariser avec ces nouvelles sensations. Vous pouvez aller plus loin dans la privation sensorielle avec le port de boules quies.

Les entraves: cordes, rubans, tout est bon pour attacher l'autre. Assurez-vous de choisir une matière suffisamment douce pour le corps, mais pas non plus trop lisse car certains noeuds seront alors impossibles à réaliser. Toutes les parties du corps peuvent être attachées, certains en ont même fait un art (appelé shibari). Les mains bien sur, mais aussi les pieds, le ventre, les seins, le cou,... Attachez le/la au lit, jambes écartées, ou à une chaise, les possibilitées sont infinies et il n'y a de limite que votre imagination. Il existe des sites spécialisés qui proposent de vous apprendre l'art de la maîtrise de ces noeuds, je vous recommande de les étudier si vous voulez vous lancer dans des nouages complexes.^
Au début, vous pouvez faire semblant d'être attaché(e) pour voir si vous aimez vraiment ça.

Les menottes: si les cordes vous semblent un peu trop extrêmes pour le moment, vous pouvez vous rabattre sur des menottes. Je vous rassure, il ne s'agit pas de menottes de policier, vous ne serez pas bloqué à vie si vous perdez la clé: celles vendues dans les boutiques spécialisées possèdent un système d'ouverture facile à activer pur celui qui les porte. Choisissez-les entourées de fourrure pour plus de douceur, ou brutes pour plus de réalisme.

Le baillon: pour un peu plus de privation et donc de soumission, c'est le petit objet qui peut faire la différence. Plus pratique que la main sur la bouche, il sert à étouffer les gémissements (et cris de plaisir). Le plus traditionnel est celui qui entoure la tête avec la petite boule rouge à mettre dans la bouche. 

La laisse: accessoire de soumission par excellence, elle ne sert pas qu'à promener son partenaire, mais aussi à lui faire prendre les positions souhaitées par le partenaire dominant. Attention, cet accessoire peut se révéler dangereux si trop serré.

Petite astuce: Nul besoin d'investir des sommes folles si on juste tester. Quelques mètres de cordes achetés dans un magasin de bricolage, rubans ou ficelles, une ceinture ou des collants en guise de menottes, un linge pour bailloner et une cravate pour dissimuler les yeux.

Pour Punir

Par la température: Des glaçons peuvent être une punition plutôt sensuelle. Passés sur les tétons, le long du corps, sur la verge ou le clitoris, les possibilités sont nombreuses. Côté chaud, il y a la cire de bougie. Plus douloureux, testez toujours sur vous même avant de pratiquer, pour vérifier l'absence de brulure sévère, et faire tomber la cire d'une bonne hauteur pour lui laisser le temps de refroidir un peu avant d'atterir sur le corps de votre soumis(e).

La fessée: il existe de nombreux accessoires pour administrer une bonne fessée. Vous pouvez commencer par les mainspour tester, et si la sensation plait, investir dans du petit matériel. Avec ces accessoires vous pouvez alterner carresses et claques sur le corps.

Une cravache: celles conçues pour l'équitation sont, en plus d'être moins chères, souvent de meilleure qualité que celles des sexshop. Par contre elles sont moins belles. Bout élargi ou au contraire droit pour des stimulations plus localisées, à vous de voir où va votre préférence. 

Un paddle: il s'agit d'un objet plat un peu de la forme d'une raquette.

Un fouet: choisissez bien la matière: en cuir souple pour des sensations légères, cuir plus rigide pour des sensations plus appuyées, et ceux en plastique pour les amateur de sensations fortes. Attention à ceux dont l'extrémité des fils sont noués, ils sont plus douloureux. 

Les pinces: pour le corps ou spécialement concues pour les tétons, à manipuler avec précaution et à tester avant la séance. On peut pincer toutes les parties du corps avec (lèvres, seins, intérieur des cuisses etc) et attacher des poids au bout pour les plus expérimentés. Y aller tout doucement (ne surtout pas lacher toute la pression de la pince, au risque de faire vraiment mal. La douleur doit toujours être maîtrisée par le dominant).

Petite astuce bis: Avant d'investir vous pouvez commencer par tester le SM avec des objets simples tels: une règle, une ceinture ou une brosse à cheveux pour la fessée, des pinces à linge en guise de pinces à téton.

En bonus: endroits et positions

Chez soi, un lit avec armtature est un bon endroit pour débuter dans le BDSM. On peut aussi attacher à une chaise, ou suspendre les mains nouées à une barre de traction. Pour punir les positions sont toutes aussi variées: sur l'épaule du dominant, sur ses genoux, en levrette, à plat ventre, debout, etc... 

A l'extérieur, la pratique du BDSM hors d'endroits spécialisés (clubs libertins ou SM) peut se révéler très compliquée, alors si vous voulez vraiment essayer je vous conseille pour commencer quelque chose de discret, comme le port imposé par le dominant de boules de geisha ou d'un oeuf vibrant contrôlé par télécommande, ou les jeux de rôle par exemple.

Amusez-vous bien!


Ça peut vous intéresser