De l'art de perdre sa virginité
(Par Dominatrix)

Peut-être le sujet le plus débattu sur les forums de sexualité, c'est en tous cas celui qui fait naître le plus d'interrogations, et parfois d'angoisses, chez les jeunes filles concernées. Tout d'abord ne comptez pas sur moi pour vous dire si c'est bien ou mal de le faire avant le mariage ! Chacun sa culture et ses envies, ma seule opinion c'est que si vous souhaitez passer à l'acte, autant le faire bien et avec le minimum de douleur !

De l'art de perdre sa virginité

Petite mise en bouche théorique:

L'hymen est une fine membrane qui relie entre elles les parois de votre vagin, et qui se rompt naturellement lors de la première pénétration. Mais c'est l'acte sexuel seul qui défini la virginité: la pratique de l'équitation ou l'utilisation de tampons ont pu rompre la membrane, mais ça ne signifie aucunement que vous n'êtes plus vierge... A contrario, si vous avez déjà eu des rapports et que vous n'en avez plus eu pendant 7 ans par la suite, il est possible que votre hymen ait repoussé (c'est rare mais ça arrive) mais ça ne vous rend pas vierge pour autant.

Concernant l'aspect médical de la chose, je conseille:

Le bilan préalable chez le gynécologue: celui-ci vérifiera le bon état de santé de votre vagin (présence de mycoses ou de micro-infections) et vous dira si vous le souhaitez si votre hymen se rompra facilement ou non lors du rapport

Le check-up complet des maladies vénériennes: vous n'avez jamais rien fait, lui non plus... Dans le doute, ça ne vous coûte rien de vérifiez tous les deux le SIDA A, le SIDA B, l'hépatite B et la syphilis... D'autant que certaines de ces maladies peuvent s'attraper autrement que lors de rapports sexuels

Une contraception efficace: je recommande vivement l'usage du préservatif tant que les résultats des tests ne sont pas revenu, et celui systématique de la pilule, qu'il y ait ou non préservatif.

Un analgésique: cela peut paraître un peu exagéré, et ce n'est sûrement pas obligatoire... Néanmoins, pourquoi se priver d'un peu de confort quand cela risque d'être si inconfortable ? Si vous avez des douleurs de règles, prenez votre médicament habituel une demi-heure avant l'heure supposée du rapport. Si vous n'êtes pas habituée à ce genre de médication, voyez avec votre gynécologue.

De la canneberge: Egalement appelé cramberry, ce fruit évite la fixation de bactéries à l'intérieur de l'uretère et, si vous en consommez régulièrement (buvez un verre de jus de canneberge par jour, si vous n'aimez pas: des comprimés sont vendus en pharmacie) vous éviterez peut-être de subir la "cystite de la jeune mariée". Il s'agit d'une infection urinaire, provoquée par le contact avec les bactéries du pénis de votre partenaire, cela peut faire extrêmement mal, voir devenir dangereux si ce n'est pas soigné. Pour plus de précautions, et en essayant de ne pas trop casser l'ambiance, prenez l'habitude d'uriner peu après chaque rapport sexuel.

La pratique de la masturbation: Eh oui ! Le grand problème de la virginité féminine c'est que les femmes ne connaissent pas leur corps... Mais comment voulez-vous que votre partenaire apprenne à vous faire plaisir si vous-même ne savez pas comment vous fonctionnez ? Apprenez à découvrir votre corps préalablement, vous aurez bien assez à faire avec le sien quand le moment viendra ! De plus, cela développera vos zones érogènes, vous faisant sécréter de l'endorphine dès les préliminaires, et diminuant ainsi toute douleur pouvant survenir lors de la pénétration.

Dans la pratique:

Tout d'abord la préparation mentale est importante. Je sais, on vous en a rebattu les oreilles: ''Ne le fais pas si tu n'est pas sûre de toi / de tes sentiments / que tu vas l'épouser plus tard/ etc...'' Mais au-delà de l'aspect psychologique, qui n'est pas le sujet de cet article (si vous le lisez, c'est que vous vous posez déjà les bonnes questions) il est important de comprendre que le mental déterminera la qualité de l'acte physique en lui-même.

Y aller par étapes: On parle toujours de LA première fois... Mais c'est, à mon avis, une aberration d'y aller d'un coup. Si vous en avez très très envie lâchez-vous, bien sûr ! Mais si vous êtes encore un peu perplexe... pourquoi ne pas commencer par ''juste en pantalon'... puis ''en gardant juste la culotte''... puis nus mais sans pénétration'' ? Cela peut-être extrêmement frustrant pour Monsieur, c'est vrai... Mais si vous n'y allez pas à votre rythme, ça ne marchera pas. Laissez votre pudeur dire stop, et vous verrez que chaque étape franchie ne sera plus à franchir la fois suivante, et que l'envie d'un ''vrai rapport'' finira par venir naturellement. De plus, cela vous permet de découvrir le corps de l'autre (lien de l'article sur les zones érogènes)

De la préparation à la pénétration:

Maintenant que toutes vos barrières mentales et votre appréhension physique sont retombées, il vous reste à préparer physiquement la partie concernée. Il est très important que les sécrétions vaginales soient maximales afin de faciliter la pénétration. L'usage du lubrifiant est envisageable si, après plusieurs tentatives, vous ne mouillez toujours pas assez... Auquel cas choisissez-le à base d'eau, et compatible avec le préservatif. Ma préférence va au Durex bleu, mais ce n'est pas une obligation... d'autant que la pression du gel a tendance à se coincer, ce qui m'a personnellement mise dans une situation embarrassante ! (Heureusement, on peut aussi le dévisser).

A titre personnel, vous ne pouvez pas faire grand-chose pour faciliter la production de sécrétions, c'est à monsieur de vous stimuler pour que vous produisiez assez. De ce côté là, on n'a jamais trouvé mieux que le cunnilingus, aussi je vous renvoie à l'article concerné, et je conseillerai un doigtage simultané, qui préparera d'autant mieux les parois du vagin. L'usage d'un gode fin est aussi possible afin d'y aller par étapes croissantes concernant le diamètre... surtout si monsieur est particulièrement bien monté.

De la pénétration: C'est bon, vous êtes prêtes à tous points de vue, reste l'acte en lui-même. Avant de conclure mon article, je vous rappelle que le fait que votre partenaire se soit fatigué à vous mettre en bonnes dispositions pendant 40 minutes ne vous donne aucune obligation envers lui ! Si à la dernière minute vous ne voulez plus, dîtes non ! Ceci étant dit, et pour celles qui souhaitent continuer, je conseillerai les méthodes suivantes.

Deux positions sont classiquement conseillées pour la pénétration:

L'Amazone: Madame est au dessus, à genou, une jambe de chaque côté de monsieur, qui est allongé sur le dos. Cette position a l'avantage de vous donner le plein contrôle du rythme de pénétration, et d'écarter suffisamment vos jambes (la tendance naturelle d'une vierge en missionnaire étant de les serrer dans un geste de protection). L'inconvénient est qu'elle vous oblige à contracter vos muscles, et donc à resserrer votre vagin... ce qui sera très agréable dans vos prochaines expériences, mais risque d'être un peu douloureux pour celle-ci.

Le Missionnaire: La plus classique, monsieur est allongé sur Madame, entre ses jambes (et on écarte s'il vous plaît!) Bien qu'elle ne vous permette aucun contrôle, cette position à l'avantage de détendre vos muscles, et le fait d'être passive vous permet de vous appliquer à vous détendre. De plus, le fait d'être dans les bras de votre partenaire est un petit plus très agréable s'il vous reste une quelconque appréhension. Si vous choisissez cette position, sur-élevez votre bassin, éventuellement avec des coussins, afin de détendre les muscles de votre dos. Attention, cette pratique va rendre la pénétration plus profonde alors dite à votre partenaire d'y aller doucement !
Quelle que soit la position que vous choisirez, appliquez vous à contracter votre vagin lors de la pénétration. Cela peut paraître paradoxal mais faites l'expérience ! Si vous mettez un doigt à l'intérieur (oui ! Faite connaissance avec vous même un peu !) et que vous contractez (c'est le muscle qui vous permet d'arrêter de faire pipi) vous sentirez que cela créé une aspiration. C'est donc une aide à la pénétration. Pour monsieur, rappelez qu'avec tout ce qu'il a dû faire avant, vous n'êtes plus à 5 minutes près, et qu'il doit donc y aller très doucement, demi centimètre par demi centimètre s'il le faut. Le geste conseillé est une légère pénétration, suivi d'un retrait à la première douleur, puis d'une autre pénétration, un peu plus profonde si possible, etc... Surtout parlez entre vous ! Le sexe n'a rien de sérieux, et ce n'est pas parce que c'est un moment important qu'il doit être sinistre ! Dites ce que vous aimez, ce que vous n'aimez, quand vous avez mal... et n'oubliez pas de lui faire plaisir aussi, avec tous les efforts qu'il fait pour vous ! Néanmoins, n'oubliez pas que vous pouvez interrompre le rapport absolument n'importe quand, si vous n'avez plus envie ou si cela fait trop mal, c'est votre corps, c'est à vous seule de décider de ce que vous en faites !

Pour conclure, je vous recommanderai de ne pas trop vous inquiéter, la rupture de l'hymen ne sera pas nécessairement douloureuse, et il est très rare que ça saigne... quoi qu'il soit fréquent que le stress ne déclenche vos règles au mauvais moment. Prenez la pilule pour éviter ce genre de désagréments ! Par ailleurs, si vous ressentez encore une douleur lors des rapports suivants, il n'y a pas lieu de s'inquiéter: il s'agit d'une irritation résiduelle. Mettez une crème adaptée à cette zone, et espacez vos rapports.
Sur ce, et en restant à votre disposition pour toute question supplémentaire, je vous souhaite de joyeux et nombreux ébats